Courir un Ultra Trail en Vibram FiveFingers

visibility797 Views comment0 comments person Posted By: Peter Blanken list In: Blog commepiedsnus

Utratrail vibram

Philip Haylett - UTMB 2016

Philip Haylett a 41 ans, vient d’Oxford, GB et est limite obsédé par la course à pieds. Il pense à peu près en permanence aux courses qu’il aimerait faire, celles qu’il a fait et les endroits où il aimerait courir.

Il ne porte que des Vibram FiveFingers, sauf au travail, quand il porte des chaussures “normales”.

Philip est cadre dans une entreprise informatique à Londres et également coach de course à pieds. Il apprend aux autres comment améliorer leur technique de course.

Le sport a toujours été important pour lui, que ce soit le rugby à l’école, la plongée sous marine ou les sports de montagne. Comme pour beaucoup d’autres, sa vie professionnelle prenait la priorité sur le sport, mais il y a environ 8 ans, ils s’est remis à la course à pieds. Un de ses amis courait en Vibram FiveFingers. Il s’est dit qu’il allait essayer.

Il a fallu 2 mois d’ampoules et de tentatives avant que quelqu’un lui explique comment il devrait courir. Après encore 10 mois de pratique, il a participé au Marathon de Dublin qu’il a terminé en 3H34. Il a juré de ne plus jamais faire une distance aussi longue.

Le mois suivant, il s’est inscrit à une course de 75km et n’a pas arreté de courir des ultras depuis.

Comment faire la transition

Mais avant tout cela, Philip, comme beaucoup d’autres, n’avait pas respecté les règles d’une transition vers des chaussures minimalistes, sans amorti ni “protections”.

Sa première sortie était de 7km pour aller diner chez un copain, puis rentrer le lendemain. Pendant une semaine, il n’arrivait pas à marcher.

Il a persisté, mais à la place d’une réelle progression, il développait surtout des ampoules aux talons et des douleurs un peu partout.

Pas drole.

Une fois que quelqu’un lui a expliqué l’importance d’une bonne foulée et comment faire cette transition d’une pose talon vers une prise d’appui avant-pied, il a commencé à progresser. Ayant compris comment améliorer sa technique, sa posture devenait naturellement plus droite. Il a augmenté sa cadence, et devenait un coureur plus efficient, avec une foulée plus légère.

Aujourd’hui, Philip intègre sa pratique dans sa vie de tous les jours. Il commence le matin en courant 5km jusqu’à la gare pour prendre le train pour Londres. Ensuite encore 7km avant d’arriver au bureau. Les courses plus longues sont réservées pour le weekend, ainsi que les séances de renforcement et d’intervalle. Il ne court jamais plus de deux heures d’affilée.

UTMB — Ultra Trail du Mont Blanc 2016

Participer à un Ultra trail, en l’occurence une course de 168km, demande une préparation physique et mentale importante. Ce n’est pas quelque chose à faire sur un coup de tête. D’autant plus quand les chaussures que l’on porte ne masqueront rien de l’environnement. Les semelles fines et flexibles informent les capteurs sensoriels sous la plante de pied de chaque aspérité, de chaque petit (ou gros!) caillou. Le corps répondra ensuite en fonction de la perception du terrain et de ses capacités intrinsèques.

Alors comment s’est-il préparé pour cette course ?

“Il est très difficile de se préparer pour une course dans les Alpes quand la colline la plus proche ne fait que 80m de haut ! Alors j’ai passé beaucoup de temps à faire des entrainements en côte sur mon petit monticule. Plus près de la date, j’ai participé à quelques courses en Grande Bretagne, qui ont aidées, mais aucune ne comportait trois heures de montée en continue !”

“Le plus difficile à courir en Vibram FiveFingers sur du terrain technique et caillouteux est qu’il faut vraiment se concentrer sans relâche sur le placement de chaque pas. Il faut faire attention aux petits orteils qui sont exposés.”

“Dans les déscentes, les autres me dépassaient à toute vitesse avec leur chaussures rembourrées, là où moi je devais faire attention à chaque pas. C’est décevant de se faire dépasser si près de l’arrivée, juste parce que tu ne peux pas faire comme eux et sauter n’importe comment.”

Philip a le plus aimé les parties enneigées du Col des Pyramides et le lever de soleil sur le lac Combal. Courir à travers un violent orage en pleine nuit était une expérience incroyable. Sans oublier, évidemment l’arrivée !

Le plus dur a été la douleur dans son ligament de genou qui devenait aiguë autour des 100km.

Les conseils de Philip

Les conseils de Philip pour d’autres sportifs qui aimeraient se mettre à la course en Vibram FiveFingers ou plus généralement des chaussures minimalistes:

“Si tu as déjà couru avec des FiveFingers, tu sais qu’il faut faire attention au placement des pieds, ne pas attérir sur le talon, car même avec une prise d’appui avant-pied, il arrive qu’on touche du talon et ça peut faire très mal. Il est dur de se concentrer sur sa technique pendant 40 heures, c’est un combat mental mais ça vaut la peine!

Il faut se faire à l’idée que la transition prendra du temps, mais une fois les bons gestes acquis et le corps habitué et renforcé, on ne revient pas en arrière!

Il faut s’entrainer sur des chemins et terrains similaires à la course. Monter en FiveFingers pendant 3 heurs n’est pas un problème. Déscendre est une autre histoire, donc essayes de faire beaucoup d’entrainements de déscentes techniques.

Aussi, il faut être à l’aise la nuit, dans l’obscurité.”

Le plus important pour Philip est la notion d’acomplissement de soi. Sentir le terrain et devenir un avec la nature qui t’entoure, procure un plaisir unique qu’il ne retrouve avec aucune autre chaussure.

Laissez un commentaire

Veuillez noter, les commentaires doivent être approuvés avant leurs publications
Domingo Lunes Martes Miércoles Jueves Viernes Sábado Enero Febrero Marzo Abril Mayo Junio Julio Agosto Septiembre Octubre Noviembre Diciembre